Compte rendu de la réunion publique du 19 août 2019 à la salle du dôme


  1. Introduction


Un peu plus de 80 personnes sont présentes dans la salle.


Bertrand Bonnardel, président de « Monêtier pour tous », prend la parole et explique que cette réunion, après celle organisée le 21 avril dernier, constitue la deuxième réunion de ce type cette année.


Bertrand rappelle, comme déjà indiqué en avril, que quelques-uns des membres historiques de la liste « Monetier pour tous » souhaitent se présenter aux prochaines élections municipales. Bertrand annonce également qu’il souhaiterait vivement prendre la tête de liste et qu’il confirmera cela dans l’automne.


L’équipe est en train de travailler à l’élaboration d’un programme. Afin d’enrichir notre réflexion nous avons décidé d’organiser une série de réunions publiques pour débattre avec la population sous forme de tables rondes autour de plusieurs thèmes.

Les thèmes retenus ce soir sont :

  • Agriculture et développement touristique et économique ;
  • Cadre de vie ;
  • Vie démocratique ;
  • Vie sociale, culturelle et sportive.


Les tables rondes sont suivies d’un débat.


  1. Comptes-rendus des tables rondes


Nota bene : Les comptes-rendus ci-dessous transcrivent les discussions qui se sont tenues lors la soirée et ne reflètent pas nécessairement la position de « Monêtier pour tous » ni ne constituent son programme électoral.


    1. Agriculture et développement touristique et économique – 25 participants:


  • Agriculture :

Vieillissement de la population des agriculteurs. Prés en fond de vallée non fauchés donnant l’impression d’abandon.

  • Le golf :

Un sujet clivant. 10/25 se déclarent favorables au golf et 5/25 contre. Les 10 autres participants ne se prononcent pas. Cela n’a certes aucune valeur statistique mais illustre bien les oppositions sur ce sujet :

    • Arguments des « pour » :
      • Utiliser les terres agricoles « abandonnées » (cf ci-dessus).
      • Proposer une offre touristique supplémentaire qui animerait le village à une période sans ski et offrirait des opportunités pour créer des commerces et lits chauds.
    • Arguments des « contre » :
      • Crainte d’expropriations et d’occuper les terrains loués par la bergerie des Guibertes obligeant celle-ci à en trouver d’autres, de qualité moindre.
      • Peur que le golf empiète sur les sentiers piétons et VTT.

Les avis sont partagés quant à la rentabilité d’un tel golf.

  • Problème de manque de lits chauds par rapport aux lits froids qui continuent à augmenter => village mort et commerces fermés en dehors des périodes de fortes affluences.


  • Intérêt pour une fusion des communes de la vallée. Atouts indéniables en terme de capacité d’investissement pour des projets ambitieux et pour ne plus avancer en ordre dispersé lors des négociations avec SCV dont les participants louent le professionnalisme.


  • Manque d’entretien des rues du village et des sentiers piétons environnant.


  • Regret que la marque « Galibier » ne soit pas davantage exploitée comme le fait si bien Valloire. Cela pourrait permettre d’attirer davantage de cyclistes (notoriété internationale de col du Galibier / Tour de France).


  • Réaliser un inventaire du potentiel hydroélectrique de la Vallée et plus largement du potentiel des énergies renouvelables.


  • Manque de centres d’intérêts pour les jeunes du village (« Il n’y a que l’Alpen »).


  • Manque de parking de stationnement dans le village. Certains répondent que les parkings ne sont pleins que certains jours d’hiver quand se conjuguent chutes de neige et périodes de fortes affluences touristiques.


  • Valoriser davantage le Patrimoine pour développer le tourisme.



    1. Cadre de vie – environ 25 participants


  • Défaut d’entretien dans le bourg ou dans les hameaux, s’agissant notamment :
    • des cheminements et bords de voirie ;
    • des cheminements aux Guibertes, au Freyssinet et au Serre Barbin ;
    • des eaux pluviales au Casset qui vont sur la voirie (absence de réseau EP) et font des plaques de glace très dangereuses en hiver ;
    • des rares espaces verts du bourg, notamment devant la cure et devant l'Alpen…, même si on a noté l'effort fait sur les jardinières. Ne faudrait il pas planter quelques arbres pour éviter le "tout minéral"? Pour un certain nombre de membres du groupe, il apparait que la qualité de vie et l'authenticité tant du bourg que des hameaux tiennent assez largement au fait que tout ne soit pas parfaitement "clean" et minéral. Par exemple, dans les rues rénovées, il n'y a plus une herbe qui pousse, alors que certaines fleurs le long des cheminements (roses trémières par exemple, mais pas seulement) contribuent à rendre les villages vivants. La difficulté est de trouver l'équilibre entre "élimination totale du végétal" et "sensation d'abandon devant les herbes folles".


En lien avec ce problème d'entretien a été évoqué l'état catastrophique de la liaison entre "Les bains" et le village que ce soit par le chemin du cinéma- lui aussi mal desservi- ou par la voie passant devant l'école. De ce fait une bonne partie des retombées potentielles des Bains pour le village s'échappent.


  • Problème de la saleté :

Même s'il y a une amélioration, il reste beaucoup à faire que ce soit dans le bourg ou les hameaux. Il a été souligné des problèmes du fait des animaux (chiens et chats) y compris le cas des cheminements piétons qui, en hiver, sont jonchés de crottes de chien (par exemple, la liaison Monêtier-Le Casset).


  • Le cadre bâti :

Entre ceux qui souhaitent une amélioration systématique du bâti - y compris en amplifiant les aides existantes- et ceux qui ne veulent pas un "village musée" de plus en plus réservé aux résidents secondaires ayant les moyens financiers de faire ces restaurations, le débat a été riche. Il faut donc bien expliquer la nécessité d'un compromis entre le "trop léché" et le "pas assez rénové".


  • Cohabitation entre vélos et piétons sur les cheminements en particulier Lauzet-Casset-Bourg-Guibertes :

Certains étant favorables à une séparation physique (mais c'est couteux et plus consommateur d'espaces), d'autres pensent que à l'image de la Savoie ou du Vercors il faut peut être rechercher les conditions d'une bonne cohabitation.


  • L’avenir de la commune dans la vallée de la Guisane :

Quelle est la carte que doit jouer Monétier? Le terme de "slow life" a été utilisé. Est-ce-qu’on doit avoir la même offre que les autres communes de la vallée ou est-ce-qu'il faut se différencier dans la continuité de ce qui s'est fait depuis une soixantaine d'années, en particulier en termes d'architecture et d'urbanisme. Attention cela ne veut absolument pas dire "une station de vieux", mais une station/village qui joue sur des créneaux différents de ceux offerts par les autres stations/villages de la vallée mais aussi de Savoie et Haute-Savoie. Ceci étant valable d'abord pour la saison d'été et à un moindre titre pour l'hiver.


  • La déviation du bourg :

La déviation a été abordée et la réponse a fusé « mais tout le monde est d'accord pour la déviation! ». Faute de temps nous n’avons pas nous attarder sur le type de contournement qui est maintenant prévu. Pareil pour les parkings: « il faut des parkings couverts, ce serait moins laid ! ».


    1. Démocratie locale - environ 12 participants:


  • La fusion de communes:

Accord assez général pour cette fusion, après avoir bien expliqué à la population les avantages (et les inconvénients éventuels), répondu aux fausses informations (du type : il n'y aura plus d'école au Monêtier) et réglé les questions pratiques (par exemple maintien de mairies annexes).

  • La démocratie locale :

Il a été dit qu'il ne fallait pas seulement que le conseil municipal agisse seul, mais aussi qu'il agisse AVEC la population. Par exemple, le bilan annuel de l'action municipale à présenter en réunion publique devrait aussi faire le bilan de ce qui a été fait ENSEMBLE.

Comment donc impliquer les habitants dans la vie de leur commune ? Ont ainsi été évoquées la relance de vraies commissions extra-municipales, une information régulière sur l'action de la CCB, une information de la population au delà du "premier cercle", une information précise sur le rôle et les missions de chaque conseiller municipal, une participation des habitants aux conseils municipaux, etc...


    1. Vie sociale, culturelle et sportive :


  • Vie sociale :
    • Soutien scolaire à l’école, si besoin ;
    • Revoir les fêtes du bourg et des hameaux ;
    • Reprendre le forum des associations à la foire agricole ;
    • Remettre en place les commissions extra-municipales ;
    • Organiser des référendum sur les grands projets.


  • Vie culturelle :
    • Proposition de débats après projection au cinéma ;
    • Proposition de conférence par des retraités ;
    • Relancer les excentrés du Théâtre du Briançonnais à la salle du Dôme ;
    • Relancer le jumelage avec Novalèse ;
    • On déplore qu’il n’y ait rien pour les jeunes et en particulier les ados.


  • Vie sportive :
    • Améliorer et développer l’île du moulin ;
    • Créer un gymnase pour la vallée ;
    • Mieux entretenir le bike parc.


Deux propositions principales qui permettraient de développer la vie culturelle et sportive :

  • Améliorer les transports :
    • Le principe d’un super transport en commun toute l’année (navette ou autre), peu cher (1 €, voire gratuit) permettrait de ne pas multiplier les lieux d’activités (piscine, patinoire, etc.) dans la vallée.
    • Mieux coordonner les navettes avec la SNCF, les sorties du théâtre ou du cinéma à Briançon.
  • Améliorer la communication :
    • Présenter dans le bulletin municipal les animations et activité à venir.
    • Mailing liste mairie.
    • Panneaux d’affichage.


  1. Débat/questions ouvertes


Après les tables rondes, de nombreuses réflexions et questions ont émané du public.

Sans être exhaustif, les sujets suivants ont été abordés :

  • Les problèmes d’accès à la propriété pour les jeunes couples qui souhaitent s’installer au Monêtier.
  • La situation financière des Grands Bains.


La soirée se termine après plus de deux heures de débats et d’échanges forts intéressants. L’équipe remercie vivement tous les participants et donne rendez-vous dans l’automne (à une date à confirmer) pour la prochaine réunion publique.